LZD | Historique de la compagnie LZD - Lézard dramatique -
Créée en 1978 (Charreton / Ducarre / Mongin-Algan / Puechavy), la compagnie LZD - Lézard dramatique a d’abord été un collectif comptant jusqu’à 20 personnes. Proche du metteur en scène Robert Girones, alors directeur du Théâtre du 8ème (actuelle Maison de la Danse), la compagnie est immédiatement perçue comme un creuset des forces vives du théâtre contemporain de l’époque.
250
page,page-id-250,page-template-default,ajax_updown_fade,page_not_loaded

Historique

Créée en 1978 (Charreton / Ducarre / Mongin-Algan / Puechavy), la compagnie LZD – Lézard dramatique a d’abord été un collectif comptant jusqu’à 20 personnes. Proche du metteur en scène Robert Girones, alors directeur du Théâtre du 8ème (actuelle Maison de la Danse), la compagnie est immédiatement perçue comme un creuset des forces vives du théâtre contemporain de l’époque. Son traitement innovant des textes classique ou non théâtraux, ses références à la culture protestataire de la fin des années 70, sa boulimie de créations hors-normes et pluridisciplinaires, sa manière d’investir des lieux non institutionnels de l’espace public…

De 1995 à 2001, la compagnie a été en résidence au Centre culturel Charlie Chaplin de Vaulx-en-Velin. Elle y a, entre autres, développé un modèle original de résidence à travers l’ambitieux projet Rencontres et créations avec les habitants d’une ville. Elle a aussi renforcé à cette occasion ses liens naturels avec les compositeurs, les musiciens improvisateurs et contemporains.

Peu à peu, les membres de la compagnie créent leurs propres structures ou poursuivent leurs carrières individuelles, Jean-Paul Delore devenant alors le directeur artistique de la compagnie. Aujourd’hui encore, cette histoire influence les choix de la compagnie : l’envie du collectif, le goût de s’approcher de territoires où il y a urgence de parole, l’attirance pour une contre-culture de l’imaginaire, la fréquentation assidue de la scène musicale rock / musiques improvisées et des écritures contemporaines.

C’est avec ces bagages qu’ont débuté et se poursuivent depuis 10 ans, le projet des Carnets Sud/Nord.